Breaking News :

Assouan, le doux mystère d’une cité historique en Égypte

Partage l'information pour éviter l'intox! C'est un geste d'amour.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nil, rive-droite. Assouan qui, dans l’égyptien ancien avait pour nom Swenet qui signifie commerce, assume son rôle de sanctuaire de l’histoire de la Méditerranée. Cette région que plusieurs considèrent comme le berceau de brillantes et prospères civilisations. C’est dans cet écrin que des célébrités comme François Mitterrand, Winston Churchill ou encore Agatha Christie avaient choisi de séjourner assez souvent.

Mythiques Égypte et Nubie sont désormais inscrites dans les vestiges ici posés. Assouan dans l’imaginaire collectif, c’est une affaire de barrage hydroélectrique, un projet pharaonique signé Gamal Abdel Nasser. Mais au-delà de la polémique, c’est une réalisation architecturale qui a forcé les ingénieurs de tous les corps à accomplir de véritables exploits. L’ouvrage a par exemple forcé le déplacement et la reconstruction de temples comme celui d’Abou Simbel et d’Isis.

Aujourd’hui, à des centaines de kilomètres au sud du Caire, Assouan est un centre touristique qui offre aux visiteurs de beaux monuments et le fleuve Nil pour une croisière inoubliable. On peut en profiter pleinement de septembre à février, période plus clémente dans cette région que l’on dit être la plus ensoleillée d’Égypte.

À Assouan, l’Histoire est debout

L’âge d’or de l’Égypte et des Pharaons se reflète sur les colonnes et les statues du célèbre temple de Louxor et de ceux de Tarnak. La Nubie également vient se rappeler à la mémoire des visiteurs, profanes et religieux. Au musée consacré à cette autre grande nation antique, on peut admirer la représentation de vestiges d’un peuple fier qui aura attiré plus d’un conquérant. De plus, le très imposant monastère Saint-Simon datant du 6e siècle et le mausolée du Chah Aga Khan prolongent le plongeon dans un passé assez éclatant. En gros, ce sont donc la vallée des rois et des reines, mais aussi les temples d’Esna, d’Edfou, de Philae dont la majestuosité en impose.

Assouan au quotidien, ce sont de nombreuses familles, une activité autour des vestiges historiques mais également de petits villages disséminés pour former une agglomération de près de 250 000 habitants. À Assouan, on prend son temps, on se laisse vivre, on flâne sans se poser trop de questions. Les sens en éveil, c’est ici que l’esprit prend un plaisir à plonger au plus profond du passé. D’ailleurs, pour l’incontournable croisière sur le Nil invitez-vous à bord d’une « dahabieh », l’un de ces majestueux bateaux traditionnels qui naviguent sur le fleuve.

Assouan de toutes les couleurs

Dans ce coin de la Haute Égypte, il n’est pas surprenant de trouver une variété de patrimoines issus des communautés qui se sont croisées ici tout au long des siècles comme dans son très réputé Souk. Les services touristiques égyptiens sont d’ailleurs assez explicites dans leurs brochures : « Le souk d’Assouan est un bazar haut en couleurs où sont vendus des produits égyptiens et africains. Appelé localement Sharia as-Souq, c’est l’endroit d’Assouan où vous ferez les meilleures affaires pour acheter des souvenirs. Situé à environ quatre pâtés de maisons du Nil et s’étendant environ sur sept rues parallèlement au fleuve, le bazar regorge de produits égyptiens et africains. Les commerçants y vendent une grande variété de marchandises : parfums, cacahuètes, poudre de henné, fleurs d’hibiscus séchées, épices, T-shirts et souvenirs dans le style de l’Égypte ancienne. Dans les allées latérales, vous trouverez des marchands vendant des objets nubiens tels que calottes, talismans et paniers, épées soudanaises, épices et tapis, ainsi que des animaux empaillés, tels que les crocodiles. »

Saveurs d’Assouan

Si la cuisine internationale est présente dans ce sanctuaire, la cuisine typiquement égyptienne tient le haut du pavé dans les nombreux restaurants. En vrac, ce sont d’abord les galettes de pain égyptien simples ou enrobées de sésame que l’on retrouve sur les comptoirs. Il existe également du pain sucré dit « fetira ». Les purées de fèves Foul et Taameia sont assaisonnées d’épices et parfois mixées avec d’autres légumes (tomates, oignons). Elles se mangent en général sous forme de sandwich dans une galette de pain. En accompagnement de riz brun très prisé, on a également les Kobeba qui sont des boules frites à base de foie et d’épices. Sinon, on optera pour des kofta, sortes de saucisses de viande avec oignons et épices. Les plus courantes sont un mélange de viande de bœuf et d’agneau mais on peut également en obtenir faits avec de la viande de chameau.

Après avoir fait « le plein », retrouvez la quiétude de l’un des nombreux hôtels de classe mondiale qui ont placé des enseignes à Assouan. Ce sont le Sofitel Old Cataract, le LTI Pyramisa Isis Island Aswan Resort ou encore l’Isis Corniche Hotel.

Bon voyage !

Vinkmag ad

challengesradio

Read Previous

Covid-19, une opportunité pour une nouvelle Afrique numérique ?

Read Next

Emmanuel Macron: «Nous devons la solidarité à l’Afrique» face au coronavirus