Breaking News :

Exubérante et surprenante, Abidjan fascine et suscite la curiosité

Partage l'information pour éviter l'intox! C'est un geste d'amour.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Porte d’entrée d’un pays revenu de loin, la capitale économique de la Côte d’Ivoire est unique. Parce qu’elle est le carrefour incontournable du business sur la côte ouest-africaine. Ville moderne traversée par une lagune, Ébrié, Abidjan est à l’heure du monde avec ses 4,5 millions habitants. De l’aéroport international Félix-Houphouët-Boigny, « Père » de l’indépendance et premier président de la Côte d’Ivoire, à votre choix de résidence, vous semblerez en terrain connu.

Pour les transports, on a le choix entre les taxis où le Über local, Africab, est en plein boom dans la métropole ivoirienne. Quant aux hôtels, du très chic Hôtel Ivoire à l’hébergement modeste chez l’habitant dans un quartier populaire, on trouvera toujours où poser ses valises.

Ici, « On dit quoi ? » est la question rituelle pour savoir comment vous allez. Raccourci pour savoir généralement ce qu’il y a de nouveau dans votre vie. C’est qu’au pays de l’Akwaba*, il est coutume de mettre les visiteurs dans une ambiance particulière et originale. Le petit parler abidjanais est donc la première chose qui saute… aux oreilles quand on amorce le dialogue avec les Ivoiriens. Certes, le succès des humoristes et autres artistes semble vous y avoir peut-être habitué mais il est bien plus agréable d’être directement immergé dans cette culture. Vous aurez ainsi très vite fait de vous habituer à une familiarité non feinte qui trouve sa couleur dans l’étonnant brassage des communautés d’un pays obligé de croître grâce à la force de sa diversité.

Le quotidien des Abidjanais est ainsi bercé par la multitude des réalités africaines et le climat exubérant des habitants. La nuit abidjanaise est particulièrement animée car la ville, dite Manhattan d’Afrique de l’Ouest avec les gratte-ciel quartier des affaires du Plateau, sait se parer d’atours particuliers après le crépuscule. Ailleurs, des quartiers populaires de toutes les tentations offrent des sites bucoliques auxquels on ne saurait échapper. Les maquis, espèces de gargotes locales, regorgent de petits plaisirs gastronomiques et d’authentiques repères culinaires. On s’y retrouve après le travail pour refaire le monde ou se détendre entre amis ou en famille.

Entre un poisson braisé aux épices recherchées et une rasade de bière ou de vin, vous aurez tout le loisir d’écouter les musiques qui ont également fait de certains artistes des pointures internationales. De même, on aura tout le loisir de vous raconter l’histoire d’Alpha Blondy, le rastaman ivoirien icône mondial du reggae, ou des Magic System, auteurs du succès planétaire « Premier Gaou ». Autre exportation musicale incontournable, le fameux « coupé-décalé », divine référence en matière d’ambiance. Plus loin et au-delà des différences de classe, les boîtes de nuit ultra-branchées des coins chic de la capitale économique de la Côte d’Ivoire n’en sont pas moins adossées au vivre ensemble abidjanais. Ici, si l’habit fait le moine, on en ressort tout aussi couvert de sueur que le sapeur des quartiers populaires.

Parce qu’Abidjan c’est chaud toute l’année, vous comprendrez très vite que votre voyage aura permis ces mille et une escapades paradoxalement rafraîchissantes sur le plan de la connaissance d’une autre Afrique.

*Akwaba : Bienvenue. Par Léopold N’SEKE

Vinkmag ad

challengesradio

Read Previous

Promotion du commerce en Côte d’ivoire: Un calendrier des activités mis en place

Read Next

DJIBOUTI: flambée exponentielle des prix et inconscience des politiques