Breaking News :

Fins de mois : « L’argent qui tombe du ciel est super dangereux

Partage l'information pour éviter l'intox! C'est un geste d'amour.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue. Guillemette Faure ausculte la manière dont les Français gèrent leur budget, entre craquages et contraintes. Cette semaine, Anthony Bourbon, 30 ans, patron de Feed, s’est prêté à l’exercice.

« C’est le premier cap, le million. Tu pars vraiment d’en bas… » Anthony Bourbon préfère ne pas nous préciser combien il en a ajouté ensuite. Juste qu’il est en route vers le deuxième cap qu’il s’est fixé : les 100 millions d’euros. Ensuite, ce sera la troisième affaire, le milliard. Ça fait partie de son plan. « Quand t’as le premier million, après ça déroule. »

Anthony Bourbon, 30 ans, est le fondateur et patron de Feed, une entreprise qui vend des repas de substitution. Il est actuellement plongé dans la lecture d’Enfances de classe, sous la direction de Bernard Lahire (Le Seuil, 2019). Son enfance de classe, elle, s’est déroulée dans la région de Bordeaux, entre une mère dépressive et un père violent, contrôleur de train. D’eux, il entendait des encouragements à travailler « chez McDo pour un salaire de misère ».

Qu’est-ce qui fait qu’il a toujours rêvé plus grand ? « Pourquoi j’aurais pas la même carrière que Xavier Niel et j’épouserais pas moi aussi la fille de je sais pas qui ?…  » Il se souvient être assis, à 16 ans, à l’arrière du bus, et laisser passer les trajets en se demandant où il dormirait, où il mangerait le soir. Il était à la rue « avec [s]es économies », parce que depuis toujours, il a le sens des économies. Il a galéré mais s’est lancé très vite avec des potes dans des petits business, de scooters, d’immobilier, tout en poursuivant un master 2 de droit des affaires et de l’immobilier… Jusqu’au lancement de Feed, en 2016.

« Aujourd’hui, je suis riche par rapport aux jeunes de mon âge. » Etre issu d’un milieu défavorisé continue à faire partie de son identité. « Maintenant qu’il m’arrive d’être invité à Bercy avec des ministres, quand je vois l’opulence… la déconnexion totale… je me dis que si les “gilets jaunes” payés 1 200 balles voyaient ça, ils péteraient un câble ! »

« Tous ceux qui ont hérité ont l’air malheureux »

James Bonneuil

Vinkmag ad

challengesradio

Read Previous

Lancement d’un forum international dénommé « Forum For Bangui 2020 » Abidjan accueille la cérémonie inaugurale

Read Next

2ème phase du dialogue politique : Les débats ont véritablement commencé