Breaking News :

Hamed Bakayoko nommé Premier ministre, Ouattara fait confiance à la jeune garde

Partage l'information pour éviter l'intox! C'est un geste d'amour.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hamed Bakayoko a été nommé par Alassane Ouattara à la tête du gouvernement, où il succède à Amadou Gon Coulibaly, décédé brutalement le 8 juillet. Un choix attendu, qui conforte son rôle central dans le dispositif présidentiel.

Sa nomination a été un peu plus tardive que prévu. Le temps, pour Alassane Ouattara, de convaincre ceux qui, en interne, doutaient de ce choix. Mais finalement, de surprise il n’y a pas eu. Comme nous l’avions annoncé. Ce jeudi 30 juillet, celui qui était jusque-là le seul à bénéficier du rang de ministre d’État au sein du gouvernement, chargé de la Défense depuis 2017, a été nommé Premier ministre par décret présidentiel. Il conserve dans le même temps sa fonction de ministre de la Défense.

Pour « Hambak », ainsi que le connaissent ses compatriotes, cette promotion est dans l’ordre des choses. Quand, le 2 mai, Amadou Gon Coulibaly a été évacué en urgence à Paris après un infarctus, c’est lui qui a été chargé d’assurer l’intérim à la tête du gouvernement. Un rôle qu’il a rempli durant deux mois, jusqu’au 2 juillet, date du retour à Abidjan de celui qui, une semaine plus tard, succombera brutalement, laissant le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) sans candidat à la présidentielle du 31 octobre.

Depuis ce cataclysme politique à trois mois d’un scrutin déjà bien incertain, toutes les cartes ont été rebattues. Il a vite fallu trouver un remplaçant, option dont Alassane Ouattara n’avait jamais voulu entendre parler jusque-là. Après quelques jours de réflexion, le chef de l’État a visiblement fini par trancher : il entend assumer lui-même ce rôle, même s’il avait assuré en mars qu’il ne représenterait pas et qu’il entendait passer le témoin à une « nouvelle génération ». « À l’heure actuelle, compte tenu des délais, je ne vois hélas pas d’autre solution pour préserver la stabilité du pays », a-t-il confié  le 15 juillet au sujet de sa candidature.

La Côte d’Ivoire a enfin son Premier ministre. Hamed Bakayoko, un des fidèles du président ivoirien Alassane Ouattara, devient le remplaçant de feu Amadou Gon Coulibaly, décédé à Abidjan le 8 juillet 2020, à la fin du premier conseil des ministres qui marquait son retour de France où il s’était fait soigner. La nomination de Hamback à ce poste ne surprend que très peu. Le maire de la commune d’Abobo était le deuxième personnage du gouvernement ivoirien du fait de son statut de ministre d’État. L’ancien patron du journal Le Patriote et de Radio Nostalgie Côte d’Ivoire couronne ainsi sa carrière politique par ce poste prestigieux.

La nomination de Hamed Bakayoko à ce poste semblait pourtant loin d’être acquise. Des personnalités fortes du RHDP, selon les rumeurs proches du palais présidentiel d’Abidjan, s’opposaient farouchement à son choix. Certains auraient même menacé de claquer la porte de leurs fonctions si M. Hamed Bakayoko venait à être désigné par le Président Alassane Ouattara. La lenteur de cette décision, confirmée ce jour par le communiqué ci-dessous, serait le résultat de longs et interminables échanges entre le Président et ses proches. Finalement, c’est bien Hamed Bakayoko qui remplacera feu Amadou Gon Coulibaly.

Vinkmag ad

Charles Assini BILE

Read Previous

Bourse des Matières Premières Agricoles de Côte d’Ivoire: démarrage effectif des activités prochainement

Read Next

Michel Nadim Kalife fustige le «faux» classement des 10 pays les plus riches d’Afrique et assène ses vérités sur l’Eco et le Franc CFA