Breaking News :

L’omnipuissance démesurée de Paul Kagame a fait plier la France

Partage l'information pour éviter l'intox! C'est un geste d'amour.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décryptage

Paul Kagame fait, sans conteste, la pluie et le beau temps dans la région des Grands lacs. Il a acquis, au fil des ans, une telle assurance qu’il affronte, sans sourciller, un pays comme la France censé être plus puissant que le petit Rwanda.

Paul Kagame a lancé l’offensive contre la France après sa victoire militaire et sa prise de pouvoir en juillet 1994. Il a alors mis la France dans le collimateur, lui reprochant d’avoir soutenu le régime Habyarimana et surtout d’avoir lancé l’Opération Turquoise au plus fort de sa guerre de conquête pour lui barrer le chemin de la victoire. Pour ce fait, Il accusera ce pays d’avoir participé au génocide des Tutsi du Rwanda. Depuis qu’il est devenu officiellement président du Rwanda en 2003, Paul Kagame n’a raté aucune occasion pour fustiger la France, notamment à chaque anniversaire de commémoration du génocide.

Ainsi, le 07/04/2004, la France délégua le secrétaire d’Etat Renaud Muselier aux cérémonies de commémoration du 10è anniversaire du génocide. L’envoyé français fut pris à partie par le président Paul Kagame qui, dans son discours, reprocha aux Français d’avoir sciemment entraîné et armé les troupes gouvernementales et les milices alors qu’ils savaient qu’ils allaient commettre un génocide. Kagame le dit en tournant son regard vers les gradins où était assis le secrétaire d’Etat français. Il a ajouté, comme s’il s’adressait directement à son hôte, qu’il est impensable d’« avoir l’audace de rester là sans s’excuser ». Renaud Muselier comprit vite. Il sortit du stade in extremis en cours de cérémonie et prit son avion pour retourner à Paris.

Durant les cérémonies du 07/04/2007, le président Paul Kagame revint à la charge. Dans son discours de circonstance à Murambi (sud-ouest du Rwanda), il accusa les militaires français de l’Opération Turquoise d’avoir construit sciemment un terrain de volley-ball sur une fosse commune des victimes du génocide. Il ajouta qu’ils ont même participé aux tueries aux côtés des Interahamwe quand ceux-ci commencèrent à battre en retraite.

A Nyamata le 7/4/2008, le président Paul Kagame lança des insultes au juge français Jean-Louis Bruguière en le traitant de « Kabwera » qui veut dire « vagabond », « prostitué » parce qu’il avait instruit le dossier sur l’attentat contre l’avion du président Habyarimana et avait lancé, en novembre 2006, neuf mandats d’arrêt internationaux contre des proches du président rwandais. En représailles, le Rwanda mit sur pied une commission chargé d’examiner le rôle de la France dans le génocide rwandais sous la présidence du juriste Jean de Dieu Mucyo. En août 2008, un rapport, bricolé de toutes pièces et se basant sur de faux documents, mit en cause nommément 13 personnalités politiques françaises et 20 officiers français dans le génocide de 1994.

Au fil des années, rien n’a été épargné par le régime rwandais incarné par le général Paul Kagame pour couper court avec la France. Cela est tellement vrai qu’en décembre 2008, le Rwanda décida de supprimer le français dans les écoles du pays, langue en usage depuis 1900, pour adopter l’anglais comme langue d’enseignement.

La visite de Nicolas Sarkozy au Rwanda, le 25 février 2010, ne résout pas grand-chose. Le président français déclara : « Ce qu’il s’est passé ici oblige la communauté internationale, dont la France, à réfléchir à ses erreurs qui l’ont empêchée de prévenir et d’arrêter ce crime épouvantable ». Pour sauver la face, il sacrifia les pauvres réfugiés rwandais en France sur l’autel de la Realpolitik en faisant des promesses au gouvernement rwandais : « Nous voulons que les responsables du génocide soient retrouvés et soient punis. Il n’y a aucune ambiguïté. Je l’ai dit au président Kagamé, ceux qui ont fait ça, où qu’ils se trouvent, doivent être retrouvés et punis ». Depuis lors, une avalanche d’accusations furent lancées, avec succès, par le couple d’une rwandaise et d’un français, Daphrose et Gauthier, sous l’appellation de « Collectif des parties civiles pour le Rwanda ».

Ce semblant d’acte de contrition n’a pas calmé les ardeurs du président Kagame. Lors de la commémoration du génocide en avril 2011. Laurent Contini, alors ambassadeur de France au Rwanda, en présence de Bernard Kouchner venu représenter son pays, prononça, dans l’enceinte de l’ambassade de France à Kigali le 9 avril 2011, un discours fustigeant officiellement l’action de l’armée française au Rwanda en 1994, se mettant ainsi en porte-à-faux avec la position de son nouveau ministre des Affaires étrangères Alain Juppé pour qui les soldats français avaient fait leur devoir et qu’en aucun cas leur honneur ne pouvait être sali.

En mars 2012, le Rwanda chassa de son territoire une commission rogatoire française qui venait poursuivre ses enquêtes en rapport avec le génocide rwandais de 1994 au motif que les enquêteurs faisaient perdre du temps à la justice rwandaise. Pour la nième fois, la France se fit éconduire du Rwanda ou y reçut un traitement humiliant.

A la veille de la commémoration du vingtième anniversaire du génocide, les autorités rwandaises, par le biais du sénateur Jean Damascène Bizimana, par ailleurs possédant la nationalité française, mirent encore la pression sur la France en rendant public les noms des militaires qui, selon Kigali, devraient être poursuivis pour « génocide et complicité de génocide ». C’était le 4 février 2014, au Sud du Rwanda.

Rodrigue Muzumbe

Vinkmag ad

Charles Assini BILE

Read Previous

Croissance mondiale : le pire devrait être évité absolument

Read Next

Les prochaines élections en Côte d’ivoire chiffrées à plus de 87 milliards de FCFA