Breaking News :

Takeaway s’adjuge Just Eat après des mois de tractations

Partage l'information pour éviter l'intox! C'est un geste d'amour.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Vinkmag ad

Les actionnaires de Just Eat ont approuvé ce vendredi l’OPA amicale du néerlandais, un feu vert qui va donner naissance à un géant mondial de la livraison de repas.

C’est la dernière et la plus forte des annonces d’une semaine agitée dans le secteur de la livraison de repas. Après l’acquisition de la start-up Dejbox par Carrefour et le rapprochement entre Sodexo et Deliveroo, Takeaway a finalement obtenu l’aval des actionnaires de Just Eat pour absorber son rival britannique. L’épilogue d’une âpre bataille boursière qui dure depuis septembre .

Pendant des mois, Takeaway s’est heurté à la fin de non-recevoir de plusieurs actionnaires jugeant son offre sous-évaluée, dont les fonds Eminence Capital (4,4 % du capital) et Aberdeen Standard Investments (5,1 %). Le néerlandais a ensuite dû composer avec son compatriote Prosus, une société d’investissement dont la contre-OPA arrivait à terme ce vendredi. Il a donc fini par emporter l’adhésion de 80,4 % des actionnaires et progressait de 1,56 % à la clôture de la Bourse d’Amsterdam (1,99 % pour Just Eat à Londres). Pour arriver à ses fins, le groupe a dû largement surenchérir à son offre initiale de 731 pence par action. Les actionnaires ont validé une offre à 889 pence par actions (Prosus en proposait 800 pence), soit un total de 5,9 milliards de livres (6,9 milliards d’euros) pour Takeaway.

« Combinaison de rêve »Le nouvel ensemble, baptisé Just Eat Takeaway.com, « est une combinaison de rêve et je suis très impatient de diriger cette entreprise dans les nombreuses années à venir », s’est félicité dans un communiqué le patron de Takeaway Jitse Groen.

Basée à Amsterdam, cotée à Londres, la structure a de quoi rivaliser avec les plus gros poids lourds du secteur – UberEats, Deliveroo ou l’espagnol Glovo. Sur la base des données de 2018, Just Eat Takeaway.com pourrait enregistrer chaque année 360 millions de commandes pour un volume de ventes de 7,3 milliards d’euros. Les deux entités ont enregistré cette année-là une perte d’exploitation combinée de 43 millions d’euros, sur un chiffre d’affaires combiné de quelque 1,2 milliard d’euros. Takeaway prévoit en outre des synergies annuelles de l’ordre de 20 millions d’euros via la centralisation des commandes sur sa plate-forme, l’unification des marques et une plus grande efficacité dans les achats. Très complémentaires sur le plan géographique, les deux groupes opéreront dans une vingtaine de pays avec une position de leader sur différents marchés : Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas et Canada. Reste à obtenir l’aval des autorités et à mener à bien cette intégration d’envergure.

Basile Dekonink

Read Previous

Côte d’Ivoire : la future centrale à charbon divise. Les écologistes en colère

Read Next

Grève à la SNCF et à la RATP : un trafic en nette amélioration ce week-end

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular